confinement

Non, j’ai pas envie de voir un shampoing posé sur ta teub

C’est chez moi, en plein télé-travail que je suis tombée sur la perle du web de 2020, le #ShampooChallenge. L’idée: poser un flacon de shampoing en équilibre sur son pénis en (semi) érection, ce dernier étant généralement masqué par un boxer ou caleçon, voire un pantalon (ou pas). Et si je ne suis pas une fervente fan de challenge en tout genre, celui-ci a le don de me foutre bien mal à l’aise…

Mai: on peut enfin sortir OKLM bordel!

Ça y est, c’est le mois de mai! Le mois où tout est possible, le mois de la délivrance, le mois ou on peut ENFIN tous sortir après des semaines de quarantaine. Voici donc ce que te réservent les astres en cette période qui sent bon la liberté.

2000’s break up songs & confinement

C’est prouvé, en cette période de quarantaine, les divorces et autres séparations explosent. Les couples ne supportent pas d’être h24 ensemble. Madame doit penser à tout et monsieur est stressé parce que madame lui demande trop souvent de bouger son gros cul. Du coup bah… ça finit par casser. Le problème, c’est qu’au moment où tout le monde est prié de rester à la casa, c’est chaud de dégager son ex de l’appart. Oui m’enfin, pas si chaud que ça finalement. Car oui, les chanteurs et chanteuses des années 2000, eux, arrivaient parfaitement à gérer ça. A croire qu’à cette époque-là, certains étaient déjà en avance sur leur temps. Virer un ou une ex tout en restant pépère chez soi, c’est possible. En voici la preuve, du meilleur au moins brillant.

Confinement: voilà comment le marketing a niqué ma vie

En ces temps sombres où nombreux sont les gros enculés qui nous somment de rester à la maison sous peine de dénonciation aux flics #HeureusementQuonEstPlusEn1940, j’ai obéi. Par conscience collective, peur, maturité, j’en sais trop rien, mais j’ai fait ce qu’on me demandait. Ouais sauf que rester chez soi, fixée devant son écran, ça peut coûter cher. Très cher…

La quarantaine, ou le retour des coiffeurs autodidactes

Voilà bientôt deux semaines que quasi tout a fermé en ville. Bars, restos, épiceries et surtout coiffeurs ne seront plus là pour satisfaire nos pulsions secondes. Du coup, la populace coincée à la casa se doit aujourd’hui de combler certains besoins… SEULE! Et voilà comment quelques timbrées vont ainsi prendre la fâcheuse décision de se couper elles-mêmes les veuch…